Le CTMA à Caudan : diversification des habitats et restauration de la continuité écologique du Plessis.

Le Plessis est un affluent du Blavet dans sa partie aval. A ce titre ce cours d’eau est très important pour la reproduction des poissons migrateurs comme le saumon atlantique ou l’anguille.

Sur son lit mineur ce cours d’eau a subit de nombreuses modifications : rectifié et recalibré, il ne peut plus aujourd’hui assurer ses fonctions naturelles d’accueil de la faune et la flore d’eau douce, ainsi que ses fonction hydrologiques.
En aval de la route menant au lieu-dit Laïmat, le ruisseau a été busé, déplacé en bord de parcelle et transformé en fossé ayant perdu toutes les fonctionnalités du cours d’eau d’antan. Étant déconnecté des zones humides riveraines, le cours d’eau ne peut plus alimenter celles-ci en hiver et se retrouve avec beaucoup moins d’eau en été. Son tracé rectiligne empêche la création d’habitats favorables à la vie aquatique.

Pour redonner au cours d’eau ses fonctionnalités le syndicat de la vallée du Blavet, en collaboration avec la commune de Caudan, a restauré le lit de la rivière.

Une rampe d’enrochement permet aux poissons de franchir facilement le passage busé pour accéder à leurs zones de reproduction situées en amont.
Des risbermes en blocs et cailloux ont été mises en place pour diversifier les écoulements et permettre à la rivière de recréer des habitats et retrouver une alimentation normale des zones humides latérales. Elle peut à nouveau couler lentement en suivant ses méandres tout en alimentant les zones humides. L’eau est ainsi filtrée naturellement pendant tout l’hiver puis restituée en été. Le fond du cours d’eau est de nouveau composé de cailloux et graviers propices à la vie aquatique. La dimension de ces apports a été calculée pour redonner ses fonctionnalités au cours d’eau sans perturber celui-ci, ni les usages locaux.

Les travaux, coordonnés par Yves Merle, technicien rivière du syndicat, ont duré une semaine et ont coûté près de 5 000 €. Ils ont été confiés à l’entreprise Paulic de Baud.
Ces actions s’inscrivent dans un programme de gestion globale et cohérente des milieux aquatiques du bassin versant morbihannais du Blavet et à ce titre sont financés à 80 % par l’Agence de l’eau Loire Bretagne et le Conseil Général du Morbihan. Les collectivités locales (ici Lorient Agglomération) financent les 20 % restants.

Dernière modification :